| Fréquences Alertez NARadio
Charente-Maritime

Téléphone au volant: la gendarmerie tire la sonnette d'alarme

Rémy SAVARIT | Publié le : 04/08/2020 à 11:08

21 verbalisations pour téléphone au volant en conduisant. C'est le triste constat qu'ont effectué les gendarmes de la Charente-Maritime ce week-end. Un week-end qui avait par ailleurs été classé noir par bison-futé dans le sens des départs, rendant les conditions de circulations encore plus dangereuses.



Pour rappel :



" L’usage d’un téléphone tenu en main en conduisant est interdit (activation de toute fonction par le conducteur sur l'appareil qu'il tient en main). Est également interdit, depuis le 1er juillet 2015, le port à l’oreille de tout dispositif susceptible d’émettre du son par le conducteur d’un véhicule en circulation, à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité. Les oreillettes permettant de téléphoner ou d’écouter de la musique font partie de cette interdiction.



Attention : le véhicule momentanément arrêté sur une voie de circulation pour une cause autre qu'un événement de force majeure doit être regardé comme étant toujours en circulation (arrêt de la Cour de Cassation du 23 janvier 2018).



Ces différentes infractions (conduire avec un téléphone à la main ou en portant à l’oreille un dispositif audio de type écouteurs, oreillette ou casque) sont sanctionnées par :




  • une amende forfaitaire de 135 € ;

  • un retrait de 3 points du permis de conduire."



Suspension du permis en cas de cumul des infractions



Mais l'usage du téléphone au volant peut aller bien plus loin qu'une amende et qu'un simple retrait de point. Depuis 2018, cumuler le téléphone au volant et une autre infraction peut entraîner une rétention du permis de conduire, suivi d'une suspension pouvant atteindre maximum six mois.



Les infractions routières concernées sont les suivantes : 




  • non-respect des règles de conduite (non-respect de l’obligation de circuler sur le bord droit de la chaussée, non utilisation du clignotant) ;

  • non-respect des distances de sécurité ;

  • franchissement/chevauchement des lignes continues et des lignes délimitant les bandes d’arrêt d’urgence ;

  • non-respect des feux de signalisation (rouge et jaune) ;

  • non-respect des règles de dépassement (dépassement dangereux, dépassement par la droite, dépassement par la gauche gênant la circulation en sens inverse, dépassement sans visibilité suffisante vers l’avant, conducteur dépassé ne serrant pas sa droite) ;

  • non-respect de la signalisation imposant l'arrêt ou le céder le passage ;

  • non-respect de la priorité de passage à l'égard des piétons ;

  • non-respect des vitesses (dépassement de la vitesse maximale autorisée en agglomération ou hors agglomération, vitesse excessive ou inadaptée au regard des circonstances). 



"La vie ne vaut-elle pas mieux qu'un coup de fil ou un message" conclut la gendarmerie dans sa publication.



 



NA MEDIA EN DIRECT